Je m’appelle Véronique Le Boucher et je suis artisan papier en métiers d'art.

Mon univers est de sensibilité vintage, je crée des objets avec des revues anciennes et des supports chinés : essentiellement des revues anciennes.

Je ne travaille qu'avec le vrai papier - ce que vous voyez, c'est bien la page authentique. Je travaille en collages sur toiles ou en papeterie, mais ma spécialité c'est d'en faire de la maroquinerie, par une technique tout à fait personnelle de plastification à froid et de polissage manuel. J'obtiens ainsi une matière résistante et imperméable, que je peux ensuite travailler en couture ou en maroquinerie en utilisant les outils et les techniques appropriées.

J'ai toujours aimé chiner, je collectionne les revues anciennes depuis l'adolescence. Et du plus loin que je me souvienne, je suis carrément papier. J'aime les livres et les vieux papiers, pour leur parfum de souvenirs, pour leur texture chaude et rugueuse, et pour tout ce qu'ils racontent d'une époque ou d'une histoire personnelle. Je possède ainsi plusieurs milliers de revues anciennes, des années 1900 jusqu'au années 50/60.

Mais le papier est avant tout une matière vivante... Un jour, je me suis aperçue que certaines revues, soigneusement entreposées chez moi depuis plus de 30 ans, étaient en train de tomber en poussière. Peu de gens - d'ailleurs - savaient que je collectionnais les revues anciennes. Si je ne leur donnais pas une seconde vie, elles finiraient par tomber dans l'oubli avant de disparaître à tout jamais.

C'est ainsi que j'ai commencé à les couper et à les transformer. Sous mes doigts, les revues s'affichent, renaissent, se font objets de rencontres, suscitent la surprise et l'émotion et... oui, deviennent. Actuellement elles renaissent en tableaux... en papeterie... en maroquinerie... Plus tard certainement en autre chose. Leur potentiel est infini !

..........

Pour moi, un artisan est avant tout un passeur au service de sa matière... mes revues sont un peu comme des enfants. Elles me touchent par leur naturel et leur simplicité, par leur grand-âge, par leurs rides et leur histoire. Je les travaille avec respect. Souvent, on me demande si je ne suis pas triste de les couper et de les voir partir. Mais je suis très fière de ce qu'elles deviennent, quand elles partent c'est pour vivre leur propre vie ! Et rien ne me rend plus heureuse quand une personne est touchée par ce qu'elles suscitent en eux.

.

Envie d'en savoir plus ?

→Le processus de création←

→Les techniques utilisées←

→Les 3 piliers des métiers d'art...←

→Et... ce que je n'expose pas forcément sur les salons de métiers d'art !←

.

→Les créations en ligne←

.

→Me contacter←

.