La Belle Époque d’avant la Grande Guerre [Les revues anciennes et leur époque]

Pourquoi ce nom de belle époque ? Par nostalgie, tout simplement. La Belle époque, c’est la période faste - et fastueuse - de l’entre deux guerres. Entre la guerre de 1870 et celle de 1914/1918.

Le pays est prospère et les innovations industrielles font l'objet de manifestations grandioses lors des expositions universelles. La population est confiante en son avenir et exprime une foi inébranlable en la science. En l'espace de quelques décennies, on est passé de l'âge du fer, du charbon et de la vapeur à celui de l'acier, du pétrole et de l'électricité ! Le téléphone, l'aéronautique et l'automobile ont fait leur apparition. On entre de plein pied dans la modernité.

Les profondes mutations industrielles donnent naissance au syndicalisme et au développement de la bourgeoisie capitaliste. C'est le début de la lutte des classes.

Durant cette période, la condition sociale des femmes évolue... discrètement. Jusqu'alors - en dehors des classes laborieuses, où les femmes continuent de travailler dans des conditions dures et exténuantes - elles étaient confinées aux salons depuis lesquels elles exerçaient leur influence dans la vie politique et culturelle. Mais à la fin du 19ème siècle, les femmes peuvent enfin suivre des études, devenir journalistes, enseignantes, infirmières, secrétaires. Et même pratiquer certains sports !

Cette période - particulièrement riche et prospère - se traduit par une mode féminine aux coupes extravagantes et aux étoffes luxuriantes. La femme aisée passe d'ailleurs sa journée à se vêtir et à se dévêtir : robe d'intérieur, robe de jour, robe de visite, robe du soir...

Des médecins hygiénistes s'inquiètent des nombreux problèmes de santé rencontrés par les femmes, serrées dans des corsets qui déplacent irréversiblement les chairs et les organes vers le bas du corps et vers le ventre. Un nouveau système de corset est alors inventé, plus long et - paradoxalement - encore plus inconfortable. Le dos est redressé de manière artificielle et profondément cambré. Les organes sont écrasés et les chairs déplacées vers le haut, donnant même une forme curieuse au corps, avec un épaississement de la cage thoracique.

J’ai eu l’occasion d’observer de près un mannequin de couture de l’époque. OH… GOD. La silhouette déformée des gravures de mode était bien une réalité. Le nouveau corset fait encore plus de ravages que l'ancien. Car les femmes comprennent vite que le modèle en col de cygne permet un laçage encore plus serré à la taille…

Commentaires

Laissez votre commentaire

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre